#Twittographie : « carnet de bord d’une hyper connectée. »

IMG_0712 740

Le fait d’imaginer ma « TweetLine » comme une boîte à réflexions (anarchiques et cohérentes à la fois) m’a donné l’envie de réaliser un petit carnet de bord du mois janvier. Histoire de retenir, ne serait-ce que pour un fugace laps de temps, le flux incessant de considérations qui, depuis le début de l’année, ne cessent de s’entasser les unes sur les autres dans mon espace Twitter…

Nous vivons, en effet, dans une époque où les produits, autant matériels qu’immatériels – comme c’est le cas, par exemple, de la pensée et de l’ensemble d’informations que l’on reçoit à travers internet – sont « consommés » à grande vitesse et ils « existent » sur la toile grâce à la frénésie de l’instant présent. Quelques minutes pour lancer des cailloux dans la mer et seulement quelques secondes pour les voir s’éloigner sous l’impulsion de pressantes vagues !

Dans ce temps où la mémoire se fait esclave de la présence virtuelle (qui semble demander une sorte de « connexion permanente » au détriment d’une vie plus lente et, sûrement, plus saine) et du degré de « performance » que celle-ci incite à développer, s’arrêter un moment pour garder à l’esprit la succession quotidienne des événements ne peut être que salutaire…

Mon malaise d’internaute m’a donc poussée à lutter contre l’oubli de cette « mer » changeante et à utiliser ce matériau brut (les « tweets ») sous forme d’un mémorandum que l’on pourrait lire à la manière d’une liste de courses, d’un slogan, d’un journal intime, d’un souffle poétique réintégré dans un autre contexte…

Gabriella Merloni