A propos jaiunaccent

Gabriella Merloni est comédienne, chanteuse, diplômée en Master "Théâtre et autres arts" à l'université Paris 3. Créatrice du blog "j'ai un accent" elle partage sur ce dernier son expérience artistique ainsi que les sujets qui lui tiennent le plus à coeur: la chanson, le cinéma et le théâtre, ses domaines de prédilection.

L’élégance et la sincérité (une voix pour des guitares sans cordes)

 guitare gaughin

« Au printemps de bonne heure des guitares sans cordes parlent de la lune… ». Voilà le début d’une belle collaboration poésie-musique entre M. Le portrait inconscient (auteur du poème Des guitares sans cordes) et Mme Rixile (qui, s’inspirant du texte poétique, a créé et interprété avec sensibilité et originalité la chanson homonyme). Bonne écoute !

le portrait inconscient

001_trattoria 180

Mes chers lecteurs,
C’est avec une émotion tout à fait particulière que je partage la publication de Rixile sur son blog.
 De façon inattendue, lors d’un échange sur Twitter, je lui avais demandé… d’essayer à créer une chanson à partir d’une de mes poésies. Elle m’a dit oui, je lui ai envoyé une « rose » de textes. Elle a choisi « Des guitares sans cordes », la poésie très parisienne que j’avais retravaillée avec la participation de José Defrançois. Et voilà le cadeau de sa voix magique :

Des guitares sans cordes chantées par @Rixilement

002_martini 180 « Chère Rixile,
Jusqu’ici je n’avais demandé à personne un engagement semblable, même si j’avais plusieurs fois formulé dans ma tête cette demande : « est-ce que vous… ? »
Maintenant, je suis très ému pour avoir contribué à créer une chanson tellement française ! C’est un honneur pour moi et pour ainsi dire une…

Voir l’article original 303 mots de plus

Traduire l’amour

IMG_3180

 Traduire l’amour

Je ne traduirai pas l’océan

Des mots tendres suspendus

à l’intérieur de mon âme.

Je te livre cette matière première

Elle ne connaît pas encore son nom

Acerbe et mûre à la fois,

Timide et hardie à la fois.

Tu es venu avec le soleil

Dégageant la lueur de l’inattendu

Une brise indéfinissable

Toi seul, tel un magicien

Tu sais la rendre présente

Prisme multicolore

De passion farouche

De tendresse sans fin

D’instants enjoués

D’un heureux partage.

 Gabriella Merloni 

« Una canzone » (1968) – Mireille Mathieu

Mireille Mathieu

Aujourd’hui, tout le monde le sait bien, ce n’est pas un jour comme les autres, c’est le le 1er du mois d’Avril ! Et j’ai une importante déclaration à faire : à partir d’aujourd’hui on traitera uniquement de l’impact du virtuel dans notre quotidien (et de son inestimable importance pour l’évolution de notre matière grise…). POISSON D’AVRIL !  Le réel et l’humain resteront toujours au coeur de nos réflexions ainsi que cet invisible « fil rouge » qui relie, à la manière d’un train de l’esprit, la France et l’Italie…

C’est donc pour fêter d’une part l’arrivée du printemps (premiers rayons de soleils qui commencent à chasser, timidement, la grisaille parisienne) et de l’autre pour évoquer des images romanesques d’Italie que je vous fais partager une chanson de Mireille Mathieu que j’ai découvert, par hasard, il y a quelques jours. « Una Canzone » nous parle d’un été à Naples, d’un amour dont la protagoniste se souvient grâce à une chanson : « una canzone che ti parlerà di me », « une chanson qui te parlera de moi »…

Gabriella Merloni